Chante moi une île

« Chante moi une île»

Sur la jolie route côtière entre Cancale et Saint-Malo, se succèdent petites criques et falaises escarpées. Nos yeux sont à peine rassasiés des couleurs de la mer et des courbes de la côte, qu’une vision paradisiaque se dévoile au détour d’un virage : l’île Duguesclin, nichée au creux de l’anse portant le même nom. Elle offre à nos yeux, ses lignes magiques épousant les couleurs d’un ciel de début de nuit. On a le coeur gonflé à bloc. Il bat au rythme de celui des vagues, qui viennent s’échouer sur la plage. Nos yeux sont écarquillés, transportés que nous sommes, dans un décor digne des Caraïbes.

De l’An Mil à 1942, l’île verra de nombreuses modifications. Un château fort prend place avec tours et donjon, puis est ensuite démantelé. En 1757, le célèbre Vauban passe par ici et rase tout pour en faire une caserne. Cette dernière sera finalement transformée en résidence particulière. AnseDuguesclinCarré_original

Quoi de mieux pour s’isoler du monde, qu’une demeure inaccessible à marée haute ?.

Le chanteur Léo Ferré l’achète en 1959, et en fera son refuge pendant une quinzaine d’années. Ici, il écrit une chanson magnifique : « La mémoire et la mer ».

[…Je suis le fantôme Jersey, celui qui vient les soirs de frime, te lancer la brume en baisers, et te ramasser dans ses rimes, comme le tréamil de juillet, où luisait le loup solitaire, celui que je voyais briller, aux doigts du sable de la terre…].

Léo, chante moi une île.

Dominique Guillaume – Auteur Photographe

Contribution à la Rubrique « Splendeurs Nature » du Progrès Egyptien (dernier journal francophone) de juillet 2014.