De la mer d’émeraude à la mer rouge

De la mer d’émeraude à la mer rouge.

SaintMaloBrisesLamesCOP_original

Comme les sphynx sont les gardiens de l’Egypte, les brises-lames malouins, fièrement plantés dans le sable, sont en quelque sorte des sentinelles, qui se dressent contre la furie de la mer et de ses marées. S’il y a bien un moment que j’aime particulièrement à Saint-Malo, c’est le spectacle de ces grandes marées, beau mais quelquefois très dangereux. Et pour un peu que le vent et la houle se conjuguent, la mer nous en fait voir de toutes les couleurs, en passant de l’émeraude au gris bleuté et montre alors toute sa puissance. Mais il n’y a pas que les marées qui me fascinent. Saint-Malo possède une atmosphère particulière, qui se dévoile subtilement dans la lumière du petit matin ou du soir, dans la course du vent et des nuages, dans la brume qui dévoilent les lignes de ses épaisses murailles, et qui, pendant un court instant, me plonge au coeur même de son histoire, de ses légendes. En une fraction de seconde, me voilà transportée dans un autre espace temps, marchant sur les pas de François-René Chateaubriand ou de Jacques Cartier quittant le port de Saint-Malo.

Dominique Guillaume – Auteur Photographe

Contribution à la Rubrique « Splendeurs Nature » du Progrès Egyptien (dernier journal francophone)  en janvier 2014.